Pour des raisons historiques, des vietnamiens ont été présent sur le territoire français dès le siècle dernier.

Durant la période de la colonisation; la Cochinchine (Saì Gòn) était considérée par  l'Administration Française comme une colonie (1887). Le Tonkin (Hà N?i) était un territoire vietnamien placé sous protectorat.

Les échanges commerciaux et culturels furent nombreux tout comme la recherche médicale (Institut Pasteur de Dalat). La France jouissait d’un grand prestige auprès des étudiants vietnamiens quant au niveau de formation, ceci s’accordant bien avec la rigueur du travail prôné par le confucianisme. Beaucoup de grands noms du Vietnam firent leur études en France (Hô Chi Minh à la Sorbonne), certain s’y établir pour travailler ou s’engager dans l’armée. Il y eut des tirailleurs vietnamiens dans les tranchées de Verdun.

A contrario, nombreux furent les français à tomber sous le charme de ce pays d’Asie et qui choisirent d’y rester, fondant une famille et/ou donnant des noms français à des enfants vietnamiens adoptés. Fort de ce lien, des pratiquants ainsi que des maîtres d’arts martiaux s’entraînaient et enseignaient en France depuis les années 50 (Maître Hoang Nam), les années 60 (Maître Nguyên Trung Hoà), mais le développement des arts martiaux vietnamiens se fit surtout dans les années 70 avec l’avènement de la vague Bruce Lee qui bénéficia à toutes les disciplines martiales.


C’est à cette époque que se fit la première réunion historique en décembre 1969 chez M. BUI VAN THINH à Massy-Palaiseau posant les bases des premières structures fédérales.

Les Maîtres et leurs Méthodes visant à une unification furent :

  • Maître Nguyên Dan Phu (Thanh Long), Doyen des Maîtres, aujourd’hui disparu.
  • Maître Phan Hoàng (Nghia Long), Président, émigré au Canada.
  • Maître Pham Xuân Tong (Quan Ky), Directeur Technique Fédéral.
  • Maître Hoang Nam (Sa Long Cuong), aujourd’hui disparu.
  • Maître Nguyên Trung Hoà (Võ Da), aujourd’hui disparu.
  • Maître Trân Phuoc Philippe Tasteyre (Hàn Bai), retiré.
  • Monsieur Bui Van Thinh (Thiên Môn ou Zen vietnamien) aujourd’hui disparu.


A partir de 1972, se groupe sera rejoint par :

  • Maître Tran Minh Long Emile Jeannerose (Minh Long), aujourd’hui disparu.
  • Maître Nguyên Tiên (Nghia Long).
  • Maître Trâ, Huu Hà, retiré.


Maître Pham Xuân Tong, à l’époque Directeur Technique Fédéral, sillonna la France pour promouvoir les arts martiaux vietnamiens, sa grande maîtrise technique et ses qualités d’enseignant lui fit parcourir également d’autres pays d’Europe (Italie, Allemagne...) ainsi que l’Afrique (Maroc, Côte d’Ivoire...).

En 1981, il décide d’être indépendant et crée, avec ses élèves, la World Union of Qwan Ki Do (Milan, Italie) et la Fédération Française de Qwan Ki Do dont le siège était à Sète (Hérault).

L’école Quan Ky devient une discipline à part entière le : QWAN KI DO